Conseils beauté

Déchiffrer les étiquettes des produits cosmétiques

Par  | 

Je ne sais pas toi, mais moi, j’ai tendance à me perdre au niveau des différentes appellations quand je lis les étiquettes. On y trouve des termes un peu barbares, difficilement compréhensibles. C’est pourquoi j’ai décidé de te concocter un article récapitulatif des points clés à regarder avant d’acheter tes produits de beauté.

identifier la composition des produits

Everydayplus / 123RF

Avant de commencer, il faut savoir que les marques ont l’obligation de lister tous les composants utilisés dans la fabrication du produit que tu achètes. Ce listing de produit fait référence à la liste I.N.C.I (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients), qui gère les différentes appellations. Les pays à utiliser le système I.N.C.I sont les États-Unis, les pays de l’Europe et le Japon.

1/ Les ingrédients sont classés par ordre décroissant

Le listing des ingrédients est toujours énoncé par ordre décroissant, c’est-à-dire que les ingrédients les plus présents dans la compo seront en haut de la liste. Il faut savoir que les quatre à cinq premiers ingrédients constituent souvent 90 à 95 % de la composition totale de ton produit. La plupart du temps, tu retrouveras « aqua » (eau) en tête de liste.

Si le produit que tu convoites te promet du karité en veux-tu en voilà, il faudrait que le karité fasse partie des premiers ingrédients de sa liste ; logique, non ? Et pourtant, c’est rarement le cas. Je t’invite à prendre quelques-uns de tes produits pour faire le test.

2/ Identifie la langue : latin ou anglais

C’est vraiment un petit truc hyper utile à retenir. Tous les termes mentionnés en latin sont des ingrédients naturels, ceux qui figurent en anglais appartiennent au groupe des substances chimiques, hormis quelques noms plus courants comme le miel (honey) ou encore l’oxyde de zinc (zinc oxide), qui peuvent être également utilisés en anglais.

3/ Déchiffre les termes barbares

On ne va pas se mentir, mais c’est à cette étape-là que ça coince en général. Dur dur de réussir à comprendre ces appellations scientifiques. Voici une petite liste qui t’aidera à les repérer :

  • Les silicones. Identifiables, car ils se terminent par — one ou— xane, comme : cyclopentasiloxane, dimethicone.
  • Les parabènes. On les repère facilement avec la terminaison — paraben, comme: methylparaben, benzylparaben, ethylparaben. Tu peux aussi les retrouver comportant un — zoate à la fin comme : 4-hydroxybenzoate, parahydroxbenzoate.
  • Le triclosan. Carbanilide, éther de diphényle d’hydroxyle, trichloro.
  • Les PEG, SLS, PPG, PPD. Si tu vois l’un de ces termes en majuscule, c’est le signe qui doit t’alerter, car ils ne sont vraiment pas recommandés. PEG = Polyéthylène glycol; PPG = propylènes glycols ; SLS = Sodium Lauryl Sulfate, PPD = p-phenylenediamine.
  • Les sels d’aluminium. Aluminium stearate, aluminum sulfate.
  • Le parfum & les conservateurs. Repère les termes avec benzyl— comme benzyl benzoate, benzyl salicylate ou encore eugenole, limonene, citral.
  • Les DEA. Monoéthanolamine, lauramide DEA, Cocamide DEA, triéthanolamine.
  • La paraffine. Petrolatum, liquidium, ceresin.
  • Le sodium laureth sulfate. Ammonium lauryl sulfate, sodium lauryl sulfate.
  • Les lmidazolidinyl urea, Quarternium-15, Diazolidinyl urea, DMDM hydantoin, Methenamine. Ce sont des libérateurs de formaldéhyde
  • Les BHA & BHT. Butylhydroxytoluène, butylhydroxyanisole, butylated hydroxyanisole.
  • Les siloxanes. Attention aux produits se terminant par — cone et—

Et la liste est encore longue, mais je t’ai noté les principaux. Si tu veux en savoir, plus tu peux télécharger un document récapitulatif ultra complète sur le site quechoisir.org.

4/ Les labels à favoriser

Nature et Progrès

Logo nature & progres

© Nature & progres

C’est actuellement le label le plus exigeant qui prend en compte un tas de paramètres, dont la gestion des déchets et l’emballage. Les matières premières doivent provenir de l’agriculture biologique et tous les ingrédients nocifs mentionnés plus haut sont bannis.

BDIH

logo bdih

© BDIH

Le BDIH impose une liste de matières premières végétales bio, et certaines substances sont interdites. De plus, le BDHI comporte deux niveaux :

  • le BDIH natural : moins de 95 % d’ingrédients bio ;
  • le BDIH organic : un minimum de 95 % d’ingrédients bio.

Demeter

demeter

© demeter

Toutes les matières premières doivent être issues de l’agriculture bio et l’impact environnemental doit être minime. Les ingrédients dérivés du pétrole et les nanoparticules sont proscrits.

Cosmebio

logo cosmebio

© cosmebio

Il a trois niveaux, dont les deux principaux sont :

  • cosmebio bio : un minimum de 95 % d’ingrédients végétaux et 10 % du total doivent être bio.
  • cosmebio eco : un minimum de 50 % d’ingrédients végétaux et 5 % du total doivent être bio.

Cosmos

Mise en avant des ingrédients issus de la culture biologique, avec une production et une transformation respectueuses de l’environnement et axées sur le développement de la chimie verte.

Ecocert

logo eco cert

© logo eco cert

95 % minimum des ingrédients végétaux proviennent de l’agriculture biologique, et 10 % minimum doivent être issus de l’agriculture biologique.

Cruelty Free

Cruelty free

© PETA

Il signifie qu’aucun des ingrédients composant le produit n’a été testé sur des animaux.

Cruelty Free & Vegan

Cruelty free & Vegan

© PETA

En plus de ne pas être testés sur les animaux, les produits sont certifiés végans, c’est-à-dire qu’ils ne contiennent absolument aucun ingrédient d’origine animale.

Vegan

Vegan

© Vegan society

Ce label indique que tous les ingrédients sont d’origine végétale ou minérale et qu’ils sont totalement dépourvus de matière ou de dérivé animal. De plus, ils ne sont pas testés sur les animaux.

Once Voice

Once Voice

© Once Voice

Aucun test n’a été fait sur des animaux et les produits ne contiennent pas d’ingrédient d’origine animale, à l’exception du miel et de la cire d’abeille.

5/ Les applications qui détectent les ingrédients nocifs

Depuis quelque année, de nombreuses app sont apparues pour te permettre de savoir si ton produit est clean ou non. Pour ce faire, tu dois scanner le code-barre de ton produit, puis l’application passe au peigne fin toute sa compo. Elle va te mettre en gardant sur les ingrédients qui sont dangereux, cancérigènes, allergènes, ou considérés comme des perturbateurs endocriniens. Voici les meilleures applications en la matière :

  • Think Dirty (IOS)
  • Clean Beauty
  • CosmEthics
  • Skin Deep

 

Voilà, j’espère que tu y vois plus clair dans ce monde des étiquettes. L’article n’est pas exhaustif, donc si tu as des connaissances à apporter, n’hésite pas à le faire savoir dans les commentaires.

Tu dois te connecter pour nous laisser un petit mot Login

Donne-nous ton avis

Pin It on Pinterest